1
30 Sep
2009

Alpes suisses : des sommets faciles d’accès

Par Michel Julien | Catégories : Nature - plein air, Sports et loisirs, Suisse

Pas besoin d’être alpiniste pour visiter les Alpes suisses.

Que ce soit en train, en téléphérique, en 4 X 4 ou à pieds, tous les moyens sont bons pour découvrir leurs paysages magnifiques.

La région de Gruyères, en Suisse.

La région de Gruyères, en Suisse.

Depuis deux siècles, la Suisse a su tirer profit de la nature alpine en aménageant certains des premiers centres de villégiature.

Alors qu’auparavant seuls les résidents, les militaires et les voyageurs commerçants osaient s’approcher des grandes montagnes, la fin du XVIIIe siècle a vu les premiers touristes se rendre dans les Alpes suisses pour le seul plaisir de la chose.

Profitant de l’apport économique généré par le flot de touristes, les régions alpines se sont dotées d’infrastructures visant à rendre les montagnes accessibles au plus grand nombre possible de visiteurs.

Des routes modernes, un service ferroviaire de qualité et des téléphériques sécuritaires permettent maintenant au touriste moyen de se rendre facilement et rapidement jusqu’aux neiges éternelles.

Des trains électriques ou à vapeur, souvent à crémaillère, gravissent les montagnes jusqu’à des altitudes étonnantes.

Ainsi, j’ai emprunté un chemin de fer qui grimpe jusqu’au Jungfraujoch, la gare la plus haute d’Europe, située à plus de 3000 mètres d’altitude. Le 4 juillet, j’y avais les pieds dans la neige qui tombait encore abondamment.

Le Brienz Rothorn Bahn utilise toujours de vielles locomotives à vapeur.

Le Brienz Rothorn Bahn utilise toujours de vielles locomotives à vapeur.

Les nostalgiques aimeront comme moi le Brienz Rothorn Bahn qui utilise toujours de vielles locomotives à vapeur.

Ce train à crémaillère emprunte une pente de 25% sur 1678 mètres jusqu’aux hauteurs du Rothorn. Du sommet on découvre certains des plus hauts sommets d’Europe.

Le Monte San Salvadore à Lugano

Le Monte San Salvadore à Lugano

Les funiculaires remplacent les trains à crémaillères sur les pentes trop abruptes.

À Lugano, jolie ville suisse à la frontière de l’Italie, il faut en emprunter deux pour se rendre sur le Monte San Salvadore.

Le second grimpe si raide qu’on admire le paysage par des fenêtres percées dans le toit. Au sommet : quelle vue!

alpages d'Allmenalp vallée de Kandersteg Inutile d'être alpiniste pour voir les Alpes suisses. En train, en téléphérique ou à pieds, tous les moyens sont bons pour découvrir des paysages magnifiques.

Des alpages d’Allmenalp, la vue sur la vallée de Kandersteg est splendide

Pour atteindre Allmenalp, agglomération qui ne compte que quelques fermes laitières, il faut prendre le téléphérique à partir de Kandersteg.

L’expérience en vaut la peine, même si certains trouvent que la course vers les alpages est peu rassurante.

En effet, le téléphérique monte très vite au dessus de falaises abruptes, mais la vue qui s’offre aux braves est splendide.

Un beau sentier permet aux randonneurs de redescendre vers la vallée. C’est l’une des plus belles randonnées de montagne qu’il m’ait été donné de faire.

Ceux qui ne veulent pas quitter le plancher des vaches peuvent monter aux alpages en 4 X 4 de location à partir de Gstaad.

Outre la découverte de paysages d’une grande beauté, l’excursion offre la possibilité de visiter une ferme laitière traditionnelle et de rencontrer les gens qui y vivent, à 1 900 mètres d’altitude.

Sur la facade de la maison Zumstein sont accrochées les cloches traditionnelles qu'on pend au cou des vaches

Sur la facade de la maison Zumstein sont accrochées les cloches traditionnelles qu’on pend au cou des vaches

Très accueillante, la famille Zumstein nous a fait la démonstration de la fabrication du fromage alpin et nous a offert une dégustation des produits de la ferme.

De 6 à 8 semaines par année, parents et enfants vivent en altitude, avec leurs vaches, dans une maison de bois simple et confortable, neuve, mais construite selon les techniques traditionnelles.

Malheureusement, la maison précédente, maintes fois centenaire, a été emportée par une avalanche il y a une dizaine d’années.

S'envoler en parapente est la façon la plus excitante de redescendre vers la vallée

S’envoler en parapente est la façon la plus excitante de redescendre vers la vallée

S’envoler sous la grande voile d’un parapente est sans doute la manière la plus excitante de redescendre vers la vallée.

À Fiesch, sur les rives du Rhône, des spécialistes de ce sport proposent des envolées en tandem, sécuritaires et à la portée de tout le monde. Une expérience que j’ai adoré!

Quelques pas suffisent à gonfler la voile du parapente et à décoller de la montagne.

Confortablement assis devant le pilote, j’ai pu jouir d’une vue incomparable sur le paysage environnant.

Les mains libres, j’ai eu tout le loisir de prendre des photos. Le pilote m’a même invité à prendre les commandes.

Très manoeuvrable, le parapente atterrit en douceur après une envolée qui peut durer de quelques minutes à plusieurs heures, selon les conditions de vol.

La façon traditionnelle de voir les montagnes demeure la randonnée pédestre.

Grâce à des milliers de kilomètres de sentiers et à des centaines de refuges, il est possible de passer des semaines à explorer les montagnes sans jamais avoir à s’approcher des endroits peuplés.

Ceux qui veulent marcher, mais préfèrent les escaliers aux sentiers pentus, ne sont pas en reste. Ils peuvent gravir les 11 656 marches qui mènent au sommet du mont Niesen près de Thun. Je n’ai pas essayé.


Un commentaire
Ajouter un commentaire »

    1.
  1. Super j’adore aller aux sommets des montagnes suisses

Partagez votre avis...

© 2012. Tous droits réservés. Coups de coeur pour le Monde
Influenza Réalisation :