6
1 Avr
2010

Hollande : pédaler dans les champs de tulipes

Par Michel Julien | Catégories : Pays-Bas, Sports et loisirs

Des moulins à vent, des canaux et d’immenses champs de tulipes; voilà l’image que la plupart d’entre-nous se fait de la Hollande. Heureusement, ces paysages de carte postale existent bel et bien et ils ne sont qu’à quelques coups de pédales d’Amsterdam.

C’est cette Hollande de carte postale, celle des moulins et des tulipes, que les touristes veulent voir.

Pour ce faire, on peut choisir une visite guidée en autocar au départ d’Amsterdam, louer une voiture ou encore, faire comme les Hollandais et partir à vélo.

J’ai choisi cette dernière alternative en joignant une excursion cycliste organisée.

La formule de l’excursion est simple: un montant forfaitaire comprend la location du vélo, les services d’un guide, tous les repas, les couchers et les passages payants sur les traversiers. Un «tout compris» finalement!

Pour ne pas avoir à transporter de bagages à vélo et pour ne pas avoir à changer d’hôtel à chaque jour, une péniche suit notre groupe de cyclistes tout au long du circuit.

La Madeleine, la péniche qui nous servira d’hôtel flottant

La Madeleine, notre péniche, est stationné sur un quai d’Amsterdam, à quelques pas de la gare centrale. À notre arrivée, nos vélos sont prêts, ajustés à notre taille, et rangés sur le pont du navire.

Nous nous installons dans nos cabines, rudimentaires mais confortables. Michel, notre guide, présente l’itinéraire pendant que nous dégustons un premier repas à bord.

Tôt le lendemain matin, les vélos sont descendus sur le quai, les appareils photos et les lunches sont chargés dans les sacoches et le petit groupe de dix cyclistes démarre.

Premier matin au départ d’Amsterdam

Au départ du quai, nous traversons d’abord le centre-ville. La capitale néerlandaise est fort bien équipée en pistes cyclables puisqu’ici, tout le monde ou presque roule à vélo.

Sans avoir à circuler à travers le trafic automobile, sans devoir traverser de grands carrefours routiers, nous avons tout le loisir d’admirer la ville.

Après quelques minutes, nous sommes déjà à la campagne, roulant sur une digue. À côté, des pâturages à perte de vue s’étendent à deux mètres sous le niveau de la mer.

«Pour que les Pays-Bas restent au sec, l’eau des pâturages est pompées vers les canaux et ensuite vers la mer, explique le guide. Et c’est le rôle des moulins, à vent, à vapeur ou électriques, de pomper sans cesse toute cette eau.»

Justement, un premier moulin à vent apparaît devant nous. Il est immense; bien plus grand que je ne l’avais imaginé, et parfaitement restauré.

L’hôtel de ville de Leyde

L’itinéraire de la première journée prend fin à Leyde, une petite ville riveraine d’un affluent du Rhin.

Après un repas copieux, nous partons explorer la ville, à pied cette fois.

Leyde vaut la peine d’être visitée une fois le soleil couchée, les bâtiments historiques étant vivement éclairées.

L’hôtel de ville de style Renaissance et la halle au grain néo-classique paraissent magiques sous les projecteurs qui les illuminent.

Du haut de la forteresse du XIIe siècle, on découvre une vue splendide sur les lumières de la ville.

La deuxième journée est celle des tulipes et nous dirigeons vers la région de Lisse, célèbre pour ses cultures.

Au premier champ de tulipes, les cyclistes mettent pied à terre et sortent leurs appareils-photo.

Une orgie de couleur s’étend sur une surface d’une centaine de mètre par trois fois plus.

« Ce n’est qu’un tout petit petit champ, affirme le guide, les prochains sont plus grands et plus beaux. »

Comme si j’avais peur de ne jamais parvenir aux vastes champs promis, je mitraille les tulipes sous tous les angles.

Hollande champs de tulipes

À perte de vue, les champs de tulipes de la Hollande.

Bien sûr, quelques coups de pédales plus loin, nous apercevons d’autres champs de tulipes, plus grands et plus colorés. Nouvelle séance de photo.

Les kilomètres suivants proposent d’autres variétés de fleurs et de nouveaux agencements de couleurs.

Notre guide nous a maintenant prévu une visite au Keukenhof, un grand parc où les producteurs de fleurs à bulbes présentent leurs créations.

Hollande champs de tulipes

Tulipes «Québec»

Quelque sept millions de bulbes ont été plantés dans ce jardin printanier fréquenté par de très nombreux Hollandais et beaucoup de touristes.

Chaque variété de fleurs est identifiée. En regardant au hasard, j’y ai même trouvé une tulipe baptisée « Québec »!

Après le lunch, nous nous dirigeons vers la côte, traversant de nouveaux prés fleuris.

environ un kilomètre de la mer, le paysage change; de grandes dunes de sables remplacent les espaces plats.

De l’autre côté des dunes apparaît la mer, bordé d’une large plage envahie par une foule de baigneurs. Tout Amsterdam semble profiter ici de ce beau weekend de printemps.

Notre groupe emprunte ensuite une piste qui longe la mer vers le nord. Le long de cette route cyclable, le paysage ressemble plus à celui des îles de la Madeleine qu’à celui de la Hollande. Nous traversons Zandvoort, une station balnéaire animée, mais sans grand intérêt, et regagnons les terres.

Nous arrivons enfin à Haarlem, ville qui a donné son nom au quartier new-yorkais. Le Madeleine nous y attend, amarré devant le plus vieux musée de Hollande, le Tayler Museum, qui abrite une collection d’appareils scientifiques anciens.

Haarlem est aussi la ville natale de Frans Hals, un réputé peintre flamand du XVIIe siècle. Un très beau musée lui est dédié.

Jolies maisons historiques de Zaanse Schans

Dernier jour: retour à Amsterdam. Pour éviter les zones industrielles et portuaires, notre groupe passe par le nord de la ville et s’arrête à Zaanse Schans. Ce joli village regroupe divers bâtiments historiques déménagés sur place il y a cinquante ans.

Le long du canal, de coquettes maisons de bois peintes d’un vert brillant sont toujours habitées. Nous visitons une manufacture de sabot de bois, deux petits musées, des boutiques, un potier d’étain et plusieurs moulins fonctionnels.

Une agréable conclusion à une excursion plutôt courte, mais qui m’a permis de découvrir certains des aspects les plus pittoresques de la Hollande.

6 commentaires
Ajouter un commentaire »

    1.
  1. Sympathique billet, mais on s’accorde à penser que Frans Hals est né à Anvers et pas à Haarlem !
    Bien à vous.

  2. 2.
  3. @ Guy : Wikipedia vous donne raison! http://fr.wikipedia.org/wiki/Frans_Hals

  4. 3.
  5. Sympathique billet, mais on s’accorde à penser que Frans Hals est né à Anvers et pas à Haarlem !
    Bien à vous.

  6. 4.
  7. Combien de jours dure ce periple? À partir de quel age les enfants peuvent-ils le faire? Combien coute le sejour? Fin avril les tulipes sont elles encore en fleur? MERCI

  8. 5.
  9. tre jollie la hollande nan

Partagez votre avis...

© 2012. Tous droits réservés. Coups de coeur pour le Monde
Influenza Réalisation :