0
8 Nov
2010

Le Begijnhof, pour femmes célibataires seulement

Par Michel Julien | Catégories : Art, culture et histoire, Grandes villes, Pays-Bas

On pénètre dans son enceinte close par un passage difficile à trouver. Oasis de paix derrière les avenues commerciales grouillantes de touristes, le Begijnhof d’Amsterdam ressemble plus à une place de village qu’à un square de grande ville.

Autour d’un parc planté de grands arbres et de statues, s’alignent les vieilles maisons de briques où logent les béguines.

On est toute de suite séduit par l’ambiance qui règne au Begijnhof. On se surprend même à parler tout bas, comme dans une église, tellement l’endroit inspire le calme et la sérénité.

Begijnhof

Le Begijnhof d’Amsterdam

Cette sorte de cité secrète a été habitée dès 1346 par des femmes célibataires qui vouaient leur existence à Dieu sans toutefois entrer dans les ordres.

Dévouées aux malades et aux personnes âgées, les béguines devaient d’abord passer deux années de noviciat et six dans un couvent avant d’avoir leur place dans une maison du Begijnhof.

Si la plupart des maisons du Begijnhof datent du XVIIe siècle, c’est que des incendies dévastateurs ont rasé la cité en 1421 et en 1452.

Begijnhof

La plus vieille maison d’Amsterdam

Au no 34, toutefois, une austère maison a échappé au feu. Construite en 1470, la Het Houten Huis est la plus vieille maison d’Amsterdam et l’une des deux seules habitations de bois de cette ville à avoir survécu.

En face, la chapelle des béguines a été confisquée par les autorités après l’Altération (interdiction du catholicisme) de 1578.

Louée à des protestants anglais à partir de 1607, l’Engelse Kerk est aujourd’hui le site de concerts de musique classique.

Une autre église se cache derrière les façades des nos 29 et 30. Le culte catholique ayant été interdit et l’Engelse Kerk confisquée, les fidèles ont du aménager un temple clandestin dans ces maisons discrètes. Seuls des vitraux aux fenêtres trahissent sa présence.

Aujourd’hui encore, seules les dames célibataires peuvent habiter les maisons de ce musée vivant. Avis aux intéressées : la liste d’attente est longue.

Aucun commentaire
Ajouter un commentaire »

Partagez votre avis...

© 2012. Tous droits réservés. Coups de coeur pour le Monde
Influenza Réalisation :