1
10 Oct
2011

Miami, la plus cubaine des villes américaines

Par Michel Julien | Catégories : États-Unis, Floride, Grandes villes

Connaissez-vous Little Havana?

À Miami, 52% de la population est d’origine hispanique. En fait, elle est surtout d’origine cubaine.

Suite à la révolution, de nombreux Cubains sont venus s’établir dans la ville floridienne qui n’est située qu’à 360 km de La Havane.

La culture cubaine à Miami a survécu, même qu’elle a prospéré. Les exilés, comme ils se nomment eux-même ont conservé leur langue, ils ont leurs stations de télé et leurs grands événements. Ils ont aussi leur quartier de prédilection: Little Havana.

Little Havana Miami

Marcher sur la Calle Ocho de Little Havana à Miami, s’est marcher à Cuba

Marcher dans ce quartier, surtout sur la Calle Ocho entre 11th Avenue et 17th Avenue, c’est se transporter à La Havane. De chaque côté de la rue, les boutiques offrent des produits cubains, made in the U.S.A, embargo oblige.

De la bière cubaine dans une épicerie, des cigares cubains dans une tabagie, des herbes magiques cubaines dans une botanica, des disques de salsa cubaine dans un magasin de disque, tout est fait par des Cubains, dans la véritable tradition cubaine.

Tout est en espagnol; on ne voit pas d’enseignes en anglais.

Les vedettes latines, dont Gloria Estefan et Julio Iglesias, ont leurs étoiles sur le trottoir, comme à Hollywood.

Little Havana Miami

Au Maximo Gomez Park, les vieux Cubains jouent aux dominos en discutant politique.

Au coin de 14th Avenue, le Maximo Gomez Park accueille les immigrants cubains de la première génération; ceux qui ont vécus la révolution. Assis autour de tables carrées, ils jouent aux dominos en discutant politique.

En arrière plan, une grande murale représente les dirigeants de tous les pays des Amériques, y compris Jean Chrétien.

Bien sûr, Fidel Castro, ennemi juré des Floridiens d’origine cubaine, est absent. D’ailleurs, la haine qu’ils éprouvent à l’égard de Fidel Castro est toujours tangible.

En marchant le long des artères principales du quartier, on découvre plusieurs bodegas, ces comptoirs casse-croûtes typiquement cubains.

Voilà l’occasion d’avaler un sandwich cubain et de goûter au café cubano, une variété très sucrée d’expresso.

Pour un repas plus élaboré, il faut se rendre au Versailles, rendez-vous des Cubains depuis plus de 35 ans. Dans de grandes salles aux murs recouverts de miroirs, ont y sert une cuisine cubaine typique, pas très raffinée, certes, mais délicieuse.

Le quartier de Little Havana compte plusieurs fabriques de cigares. Comme autrefois, les cigares y sont roulés à la main sur des bureaux de bois qui ont vu des générations de rouleurs y travailler. D’ailleurs, ces générations se mèlent; de vieux rouleurs à la peau ridés travaillant à côté de jeunes Cubaines dans la vingtaine fumant de gros havanes.

Little Havana Miami

Comme son père le faisait à Cuba, Pedro Bello dirige une fabrique de cigares.

Le commerce avec Cuba étant interdit, les fabriques importent le tabac du Honduras et de la République Dominicaine. C’est le cas de La Tabacalera Las Villas qui possède de vastes plantations au Honduras.

«Tous mes plans de tabac proviennet de semences originaires de cuba », déclare avec fierté Pedro Bello, le propriétaire. Son père, immigré en Floride après avoir passé 21 ans dans une prison cubaine, veille toujours sur la fabrication de ses cigares de réputation internationale.

Un commentaire
Ajouter un commentaire »

    1.
  1. J’ai visité et vu la fabrication des cigares roulés à la main,chez Bello. J’y ai acheté des cigares. Un plaisir de fumer disont déguster ce bonheur et de humer l’odeur. Pour moi un régal.
    Mr Pédro Bello est un trés bon conseillé avec courtoisie. Comme les employés de ce lieu sans oublier le papa sur sa chaise devant l’entrée.
    Une visite à ne pa manquer.
    H. Régent

Partagez votre avis...

© 2012. Tous droits réservés. Coups de coeur pour le Monde
Influenza Réalisation :