2
13 Juil
2012

Croisière en Méditerranée sur un navire d’exception : l’Austral

Par Jasmine Nadeau | Catégories : Art, culture et histoire, Croisières, Grèce, Italie, Montenegro, Top luxe

Avant cette croisière de luxe à bord de l’Austral, vous m’auriez entendue clamer haut et fort : les croisières, très peu pour moi!

Les croisières ne m’ont jamais trop attirée. Côtoyer des foules, attendre en ligne pour mes repas, vivre dans des décors de centres commerciaux ou arriver à un port avec 4000 de mes nouveaux amis ne constituaient pas ce que j’appellerais un voyage coup de coeur.

En fait, les croisières et surtout les navires ne sont pas tous les mêmes. L’Austral a, quant à lui, tout pour me plaire.

Frère jumeau du Boréal, que nous avions visité à Québec, l’Austral ressemble à un yacht de luxe privé avec ses lignes racées et son luxueux décor d’hôtel boutique. Ses dimensions modestes lui permettent de se faufiler dans les plus petits ports et de changer de cap facilement.

Avec ses 132 cabines, 260 passagers tout au plus, on est bien loin des 4000 passagers qu’emporte certains gros navires. Les croisières à son bord sont de catégorie cinq étoiles et comme ils battent pavillon français, tous les services sont offerts en français.

Croisière de luxe su l'Austral, compagnie du Ponant

L’Austral, à l’ancre dans une baie grecque.

Pour une première expérience, nous avons choisi une croisière en Méditerranée. Celle que j’ai choisie visite la Grèce, le Monténégro, la Croatie et Venise. Je rêvais de voir des paysages majestueux et de découvrir le berceau de la civilisation occidentale.

Notre croisière débutait à Suez en passant par Beyrouth, mais pour nous, c’est à Rhodes en Grèce, que ce fait le grand départ, faute de temps.

Le port de Rhodes, Grèce.

Le port de Rhodes est l’un des plus anciens de toute la Méditerranée.

Rhodes, si riche d’histoire, si fascinante par son métissage architectural nous a vraiment séduite. Les deux jours que nous avons passés dans cette ville fortifiée ont vraiment donné le ton à notre merveilleux voyage.

Mosquée rose, maisons des chevaliers, terrasses de cafés accueillants, marchés animés et boutiques colorées, Rhodes est une ville absolument magnifique. Les quais en pierres de son port contrastent avec la coque sombre de notre élégant vaisseau qui y est accosté. On dirait qu’il nous attend patiemment pour larguer les amarres.

Notre cabine est située au pont 4, celui de la salle de spectacles. Elle est moderne et luxueuse tout en étant sobre et de bon goût.

Deux grands placards dans lesquels se cachent des peignoirs douillets font face à une petite toilette et une salle de douche munie d’une grande baie vitrée. C’est tout de même unique de se doucher en regardant la mer!

Dans la chambre, on retrouve un grand lit, une télé, un fauteuil et un long comptoir. Une grande porte-fenêtre s’ouvre sur un balcon privé avec vue sur la mer.

Le matin, on consulte le journal de bord glissé sous notre porte. On peut y voir l’horaire des activités de la journée et de l’animation à bord et aussi la description précise des excursions possibles.

Habituellement, c’est en matinée que nous approchons des côtes après avoir vogué toute la soirée et toute la nuit. Des paysages plus grandioses les uns que les autres se succèdent sous le soleil levant qui colorie les villages côtiers de lueurs orangées.

C’est aussi beau que dans mes rêves. Je ne peux m’empêcher de penser à tous ces gens, aujourd’hui disparus qui ont connu ces rives, qui ont navigué ces eaux et qui ont marqué son histoire. C’est magique.

Chaque jour, nous accostons à un nouveau port. Nos trois premières escales sont situées en Grèce : Nauplie, Itéa et Parga.

Ruelle de Nauplie, Grèce

Une ruelle fleurie de Nauplie.

Nous débarquons à Nauplie, une jolie ville côtière du Péloponnèse, où nous allons visiter la cité antique de Mycènes. Mais dès notre retour, c’est la petite ville fleurie de centaines de bougainvilliers qui nous charme. Elle est si romantique!

Étrangement, on se croirait en Italie plutôt qu’en Grèce. Nous passons l’après-midi à errer dans ses ruelles et sur sa grande place. C’est la dolce vita!

Ilot à Nauplie, Grèce

Au départ de Nauplie, l’Austral passe devant un îlot sur lequel se dresse une petite forteresse.

Nous regagnons le navire peu avant le crépuscule. Le navire quitte le bord et passe devant un îlot sur lequel se dresse une petite forteresse. Quel panorama magnifique! On nous avise qu’il faudra se lever tôt demain pour ne pas manquer une expérience très intéressante.

Entre Nauplie et Itéa, c’est la traversée du canal de Corinthe, un impressionnant passage creusé à même le roc qui permet aux navires de passer du golfe de Corinthe à la mer Ionienne.

Le canal de Corinthe, Grèce.

Dans le canal de Corinthe, les falaises qui se dressent de chaque côté de l’Austral ne sont qu’à un peu plus d’un mètre

Un remorqueur dépose un pilote spécialisé dans la traversée du canal, il monte à bord et prend en charge la navigation de notre navire durant la traversée. Notre bateau est aussi remorqué par ce tout petit bateau pour plus de précautions.

Notre navire est le plus grand à pouvoir traverser ce canal mythique qui a fait du Péloponnèse une île, en le détachant de la côte de la Grèce continentale. Les falaises qui se dressent de chaque côté de l’Austral ne sont qu’à un peu plus d’un mètre. On pourrait presque les toucher.

Le site sacré de Delphes, Grèce.

Le site sacré de Delphes, jadis haut lieu des cérémonies religieuses grecques.

À Itéa, c’est la visite du site sacré de Delphes, jadis haut lieu des cérémonies religieuses grecques. Située au pied du mont Parnasse, nous y découvrons toute une série de vestiges archéologiques, dont un stade, un théâtre et un temple qui abritait l’oracle d’Apollon.

Dans la mythologie grecque, l’oracle servait à traduire les réponses des dieux, venues des entrailles de la Terre.

Nous devons ensuite hâter le pas pour la visite du musée d’archéologie de Delphes qui regroupe les trésors trouvés dans ce sanctuaire panhellénique. Le musée est très impressionnant, il s’y cache de véritables joyaux de l’histoire.

De retour à bord, c’est le cocktail du commandant. On nous invite pour l’apéro sur le pont 3 dans un grand salon lounge chic et moderne.

Le champagne est servi et de jolies chanteuses entament des airs joyeux avant que le capitaine nous souhaite bienvenue à bord.

Un souper de gala suit au restaurant plus formel du pont 2. Les gens parés de leurs plus beaux atours se font photographier avec le capitaine. À la carte : des mets raffinés de grande qualité. Les produits locaux sont souvent à l’honneur, mais les saveurs du monde sont toujours présentes. Le niveau de la mer est juste au-dessous des grandes fenêtres. L’effet est saisissant.

Pont 6 de l'Austral.

Le restaurant du pont 6, donne sur une terrasse extérieure et une jolie piscine.

Quant au restaurant du pont 6, il donne sur une terrasse extérieure et une jolie piscine. De là, on peut admirer les côtes et les couchers de soleil spectaculaires. Ici c’est la formule buffet et les thématiques orientales, grecques, italiennes et nordiques se succèdent.

Assis là, avec la brise qui vient de loin, les paysages à couper le souffle qui défilent et un serveur qui vous propose une autre coupe de vin avec un grand sourire, c’est un peu le paradis!

Des spectacles sont offerts tous les soirs après le dîner. La thématique de cette croisière lyrique s’intitule « Et vogue l’Opéra ». Une dizaine d’artistes sous la supervision du directeur artistique Jean-François Vinciguerra, présentent surtout des extraits d’opéra connus : entre autres des oeuvres de Massenet, Mozart, Verdi et Offenbach.

Notre coup de coeur c’est Fabrice Di Falco, un contre ténor à la voix merveilleuse! Son interprétation du répertoire de chant des castras est absolument divine! Un des moments forts de ce festival musical est sans doute la représentation des chanteurs de l’Austral rassemblés à l’église de Rovinj pour y interpréter le Stabat Mater de Pergolèse.

La nuit, nos rêves sont bercés par la mer, les images de paysages qui se confondent et les douces mélodies…

Parga, Grèce.

La jolie ville grecques de Parga, en Grèce.

Ce matin, nous approchons de Parga. Les eaux peu profondes de son minuscule port ne peuvent recevoir notre navire. L’Austral jette donc l’ancre dans une baie. Les deux vedettes rapides du navire font la navette jusqu’au quai.

Tout en haut de la falaise trône une forteresse qui semble veiller sur cette jolie ville construite à flanc de montagne dans une baie de la mer Ionienne. Il faut arpenter ses rues en pentes raides, visiter ses boutiques et ses cafés, mais surtout, grimper tout en haut pour découvrir une terrasse à la vue époustouflante.

En soirée, nous quittons la Grèce en direction du Monténégro. Pas d’escale dans ce petit pays de l’ex-Yougoslavie, mais notre navire s’introduira dans l’une de ses baies : les bouches de Kotor.

Jamais je n’avais entendu parler des bouches de Kotor. Pourtant l’endroit est magnifique. Un coup de coeur!

Les fortifications de Dubrovnik en Croatie.

Les fortifications de Dubrovnik en Croatie.

Nous approchons maintenant des côtes de la Croatie. La belle ville de Dubrovnik se dessine devant nous.

On m’avait vanté sa beauté, mais elle est encore plus belle que je l’avais imaginé. Les places sont de marbre et partout où notre regard se pose, tout est de pierre taillée.

On peut visiter des églises de style baroque très ornementées, des monastères aux cours intérieures luxuriantes et sa cathédrale de l’Assomption étonnement sobre.

La vieille cité de Dubrovnik est entourée de 2 km de murs de fortification. Le seul bémol est sa popularité qui attire tant de touristes qu’en saison forte ce doit être vraiment difficile de circuler dans ses rues.

Par contre, on sent bien la vie des gens; un petit café sombre bondé de jeunes d’où sort une musique rock nous confirme qu’elle appartient toujours à sa population. C’est rassurant.

Split, Croatie.

La ville de Split vue de son plus haut campanile.

Split, sur la côte dalmate, est la plus peuplée des villes de Croatie. C’est une ville moderne et industrialisée où notre navire fait escale.

Il faut découvrir la vieille partie près du quai, là même où Dioclétien, empereur romain y a fait construire un superbe palais pour s’y retirer en l’an 305.

La façade du palais est toujours bien visible du port. Dans sa cour intérieure construite au XIIIe siècle, nous prenons un verre de vin croate assis directement sur les marches vieilles de 17 siècles.

C’est pour nous le temps d’une pause, mais aussi le moment d’admirer l’histoire qui nous entoure. Le péristyle est toujours intact et des maisons de pierres se sont greffées derrière.

Les époques se confondent, c’est fascinant. Un marché situé tout autour des fortifications anime la vieille ville qui renferme de belles galeries d’art, des cafés et des monuments historiques à visiter.

Rovinj, en Croatie

Rovinj, en Croatie

Dernière escale avant Venise : Rovinj. Le campanile de la cathédrale de Saint-Euphémie avec ses 63 mètres de haut juchée au sommet de la ville, lui confère un profil particulier. On sent déjà l’influence vénitienne.

Les maisons colorées construites jusque sur le bord de la falaise semblent surgir de l’eau. Un marché sympathique est situé directement sur le port. On y rencontre un marchand de truffes et d’huiles au large sourire.

On fait un peu le tour de la ville et puis on entreprend l’ascension vers la cathédrale. Sur notre chemin, les ateliers d’artistes se succèdent et rendent la balade des plus agréables. La journée passe si vite…

La place St-Marc de Venise.

La place St-Marc de Venise sous la pluie, vue du pont 6 de l’Austral.

Notre magnifique voyage se termine sur une journée grise, c’est notre ultime escale : Venise.

L’Austral entre dans le canal St-Marc et passe devant la place du même nom. De part et d’autre, des édifices plus majestueux les uns que les autres se dessinent et s’estompent à travers les nuages de brume telle une toile de teintes pastel un peu grisâtre.

La voie maritime grouille d’embarcations de toutes tailles, des yachts luxueux sont amarrés, des petits vaporettos font le taxi. Nous restons deux jours à Venise. Notre hôtel est situé juste derrière la place Saint-Marc.

Notre beau voyage se termine dans un véritable décor de rêve.

 

Conseils pratiques pour cette croisière :

On met dans nos valises :

  • De bonnes chaussures pour gravir des sentiers de terre battue souvent en montagne.
  • Des tenues chics pour la soirée du capitaine, les cocktails et les diners à la salle à manger.
  • Des paréos et de beaux maillots pour la piscine du navire.
  • Un grand chapeau pour se protéger du soleil
  • Un ensemble de sport pour jogger sur le tapis roulant en regardant la mer défiler!
  • Un imperméable pour les jours de pluie.
  • Un grand foulard pour les soirées sur le pont
  • Un sac fourre-tout pour la bouteille d’eau et l’appareil photo lors des excursions.

Il faut savoir que :

  • Les sites archéologiques interdisent les trépieds de caméras.
  • Certains musées ferment à 15 h en Grèce!
  • Tous les repas à bord sont inclus, ainsi que le service aux chambres.
  • Le vin servi durant repas est inclus, mais la carte des vins présente aussi d’excellents crus à prix raisonnable.
  • Les excursions sont facturées en extra.
  • Il est suggèré de laisser un pourboire à la fin de la croisière. Il sera réparti parmi le personnel, mais si vous désirez récompenser quelqu’un en particulier, lui remettre tout simplement.
  • Il faut payer les consommations au bar, mais les prix sont corrects.
  • Quand le bateau n’accoste pas à quai, de petites vedettes font l’aller-retour au quai toutes les demi-heures pour permettre aux gens d’aller et venir à leur guise durant l’escale.
  • Un médecin est disponible à toute heure du jour et de la nuit.

 

2 commentaires
Ajouter un commentaire »

    1.
  1. […] Venise, la sérénissime! Notre navire y a accosté à la fin de notre croisière en Méditerranée. […]

  2. 2.
  3. […] de notre croisière en Méditerranée, notre navire c’est introduit dans les Bouches du […]

Partagez votre avis...

© 2012. Tous droits réservés. Coups de coeur pour le Monde
Influenza Réalisation :