0
15 Fév
2015

Rester en santé en voyage – Entrevue avec le Dr Yen Bui

Les voyages sont des moments privilégiés pour se détendre et se ressourcer. Mais pour rester en santé en voyage, certaines précautions de base s’imposent.

Nous rencontrons le Dre Yen Bui, Membre du Comité consultatif québécois sur la santé des voyageurs de l’Institut national de santé publique du Québec.

Dre Yen Bui, Membre du Comité consultatif québécois sur la santé des voyageurs

Dre Bui, Membre du Comité consultatif québécois sur la santé des voyageurs (Institut national de santé publique du Québec)

Dr Bui, à quel endroit peut-on obtenir de l’information concernant les précautions à prendre pour notre santé avant un voyage ?

« Pour bien préparer son voyage, rien de mieux qu’une visite dans une clinique santé-voyage. Les gens recevront des informations sur les précautions à prendre, des vaccins et au besoin, des médicaments.

Pour ceux qui aiment fureter sur Internet, le site de l’Agence de santé publique du Canada offre une foule de conseils pratiques, en anglais et en français.

Ce site émet aussi des avertissements aux voyageurs en cas d’éclosion dans un pays, ainsi que les précautions à prendre. »

Combien de temps précédant un départ, doit-on se préoccuper de se faire vacciner ?

« Idéalement, on devrait prendre rendez-vous de 4 à 6 semaines avant le départ, mais il n’est jamais trop tard pour consulter. Certains vaccins, comme celui contre l’hépatite A, ou celui contre le tétanos, peuvent être donnés jusqu’au départ. »

Est-ce qu’il faut éviter toute l’Afrique à cause de l’Ebola ?

« En date du 6 février 2015, l’Agence de santé publique du Canada recommande d’éviter tout voyage non essentiel vers 3 pays d’Afrique de l’Ouest, la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone. »

Qu’est-ce que les voyageurs devraient toujours avoir dans une trousse médicale de base ?

« C’est utile en effet d’avoir une petite trousse de premiers soins. Le contenu peut varier selon le type voyage qu’on va faire. On peut emmener entre autres, quelques bandages, du désinfectant, de l’acétaminophène, des médicaments contre les nausées et ceux contre la diarrhée, des sachets de sel de réhydratation, un thermomètre, un onguent antiseptique, etc. »

Les vaccins contre l’hépatite que l’on annonce à la télévision, est-ce que vous croyez que c’est nécessaire pour les voyageurs qui vont dans le sud ?

« Il ne faut pas oublier que les hépatites A et B peuvent aussi être contractées sans quitter le Québec. Ceci dit, oui effectivement il y a des voyageurs qui contractent l’hépatite A dans les destinations soleil. Les vaccins contre l’hépatite A et les vaccins contre l’hépatite B sont très sécuritaires et très efficaces. Une fois qu’on a reçu toutes les doses, la protection dure au moins une vingtaine d’années, sinon plus. »

Y a-t-il des conseils que vous aimeriez donner aux voyageurs concernant leur santé ?

« Consulter une clinique santé-voyage avant de partir, et garder leur gros bon sens en voyage. »

Quels sont les problèmes de santé liés au voyage que vous rencontrez le plus souvent ?

« Les problèmes les plus fréquemment rencontrés sont la diarrhée du voyageur ou turista, des problèmes de peau et des infections respiratoires.

Parfois on peut contracter des infections beaucoup plus graves, qui sont transmises par les moustiques, comme la malaria, la dengue ou plus récemment, le chikungunya. »

Qu’est-ce que le Chikungunya ?

« Le chikungunya est une maladie qui se transmet aux humains par la piqûre d’un moustique infecté. Cette maladie provoque habituellement de la fièvre et des douleurs articulaires de type arthritique.

Les gens atteints du Chikungunya vont guérir seuls avec un traitement de support avec le temps. Par contre, certaines personnes vont rester avec des douleurs articulaires allant jusqu’à plusieurs mois. »

Comment peut-on se protéger contre les maladies transmises par les moustiques ?

« On se protège d’abord en portant des vêtements longs, de couleur claire. Ensuite, utiliser un insectifuge à base de DEET ou d’icaridine. On l’applique en couche mince sur la peau exposée.

On se lave une fois entré à l’intérieur. On dort dans une pièce climatisée ou munie d’une moustiquaire.

La malaria peuvent être prévenu par la prise d’un médicament en prévention c’est important de faire une évaluation à la clinique santé voyage. »

Est-ce qu’il y a des aliments que l’on devrait éviter dans certains pays tropicaux ?

« Tout ce qui n’est pas bien cuit et servi chaud comporte un risque de contamination. Les sauces à base de crème, de la mayonnaise, du poisson cru ou des fruits de mer crus sont à éviter.

Il y a tellement de variétés dans un buffet qu’il est facile de faire des choix d’aliments sécuritaires, tout en se contentant.

Certains poissons qui mangent autour des récifs de corail comme les le barracuda peuvent être porteur de la ciguatera qui cause des symptômes neurologiques. Il n’y a pas de traitement pour cette maladie, mais pour la prévenir d’une manière simple, il suffit de ne pas manger des poissons qui sont plus gros que notre assiette. Les plus petits poissons accumulent moins de toxines. Je ne parle pas des poissons qui vivent en haute mer, mais bien les poissons de récifs. »

En terminant, y a-t-il quelque chose que vous aimeriez ajouter ?

« Si on développe une forte fièvre au retour d’un voyage, il faut consulter de façon urgente un médecin ou appeler Info Santé au 811. »

 

Trucs et conseils pour voyager en santé :

L’entrevue en vidéo

 

Aucun commentaire
Ajouter un commentaire »

Partagez votre avis...

© 2012. Tous droits réservés. Coups de coeur pour le Monde
Influenza Réalisation :